.
.

.

Pourquoi procéder à une fusion dans le management d’entreprise ?


L’analyse des motivations dans la fusion peut s’articuler autour de deux aspects, un aspect stratégique et un aspect financier. Mais pour réussir l’opération, il faut réaliser les synergies étant donné que les deux organisations réunies vont créer plus de valeur. Les motivations de fusion se présentent de ce fait, sous trois aspects.

Le pouvoir du marché

Les entreprises fusionnées prennent une nouvelle place sur le marché et dans ce sens, les fusions servent à étendre la zone de l’organisation géographiquement lui permettant d’acquérir une taille critique pour normaliser sa production. Elle conduit vers une extension du pouvoir de marché à l’international en devenant leader. Lorsque l’entreprise atteint un pouvoir de marché important, elle a la possibilité de fixer librement son niveau de tarif, ce qui ne serait pas le cas dans un environnement concurrentiel. Elle va réaliser de ce fait, des profits économiques considérables. L’inconvénient de cette théorie est la réaction anti concurrence des régulateurs du marché qui vont s’opposer à toute fusion qui aurait la forme d’un monopole.

le recentrage des compétences

Les fusions et acquisitions permettent d’accroitre les capacités d’une entreprise. Certaines firmes préfèrent acquérir des organisations ayant des technologies innovantes et d’intégrer ceux-ci dans leurs propres ressources. Les acquisitions sont donc justifiées par la thèse liée aux compétences ou à la capacité stratégique dans les industries. La particularité déterminante de l’entreprise est donc ses compétences ou ses capacités opérationnelles. On trouve dans chaque entreprise une compétence principale et des compétences secondaires. Lorsqu’une entreprise possède un meilleur savoir-faire par rapport à la concurrence, il s’agit de compétences de base. Conséquemment, on se trouve en présence de deux ensembles d’activités, celles qui sont liées aux compétences de base et celles qui ne le sont pas, mais qui sont complémentaires. D’un point de vue dynamique, certaines activités essentielles peuvent devenir secondaires et inversement. La firme vise d’abord son centre de compétences avant d’ajouter ses compétences secondaires. Les entreprises mettront ainsi en œuvre la stratégie de recentrage de compétences en fonction de l’environnement économique. Dans ce cas, la firme va pouvoir externaliser les activités secondaires jugées non stratégiques pour se focaliser sur les activités de base.

La consolidation

La position d’une firme au sein de son industrie peut être consolidée par les fusions et acquisitions. Dans un premier temps, cela permet d’accroitre le pouvoir de négociation et de réduire ainsi la concurrence. L’entreprise peut alors envisager d’actualiser ses prix à la hausse. Ensuite, la consolidation de deux entreprises aboutit à une meilleure efficacité, due à la réduction des capacités ou aussi au partage des ressources tel que les frais de fonctionnement. Enfin, l’excès du volume de production ne fait qu’engendrer des coûts d’approvisionnement et réaliser des économies d’échelles.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *