.
.

.

Guide : la retraite de A à Z


 
L’entrée dans la vie active s’accompagne également d’un lot de charges qui seront directement prélevées de votre salaire. Parmi ces dernières se trouvent celles en lien avec votre future retraite. En France, le système de retraite repose sur la validation d’un certain nombre de trimestres sur une durée qui varie en fonction de l’année de naissance. Pour y voir plus clair, voici les principales informations à connaitre sur la retraite en France.

 
 

Comment profiter d’une retraite à taux plein ?

 
 
Au moment de son entrée dans la vie professionnelle, le salarié doit cotiser à un régime de base et à un régime complémentaire. À noter qu’il existe différents types de régimes qui sont classés en fonction du secteur d’activité du salarié. Tout au long de sa carrière, le salarié devra payer ces cotisations afin de profiter d’une retraite à taux plein. Cette dernière n’est toutefois accessible que sous deux conditions.
 
 

1078304_la-retraite-a-55-ans-pour-tous-120437-1-1024x683
 
 
La première correspond au nombre de trimestres validés. Ces derniers regroupent les périodes cotisées et les périodes assimilées. Un trimestre assimilé correspond à une période durant laquelle vous n’avez pas payé de cotisation en raison d’un arrêt maladie, d’un congé maternité ou d’un accident du travail. Pour remplir cette première condition, vous devez valider 160 à 172 trimestres en fonction de votre année de naissance.
La deuxième condition quant à elle correspond à l’âge minimum de départ à la retraite. Elle se situe entre 60 et 62 ans en fonction de l’année de naissance. Vous ne pouvez pas partir en retraite avant d’avoir atteint cet âge minimum. Malgré tout, le système de retraite prévoit le départ anticipé sous certaines conditions si vous avez un handicap ou si vous avez commencé à travailler très jeune.
 
 
 

Les subtilités à connaître et à maîtriser

 
 
Au moment de la retraite, vous pouvez profiter d’un taux plein si vous avez respecté les deux conditions ci-dessus. Vous recevrez alors 50 % de votre meilleur salaire sur les 20 dernières années en guise de pension. En revanche, si vous n’avez pas rempli les conditions, votre pension sera diminuée de 1,25 à 2,5 % en fonction de votre année de naissance. On parle alors de décote. À noter toutefois que vous pouvez également profiter d’une surcote si vous validez des trimestres supplémentaires. Votre pension sera alors augmentée de 1,25 % pour chaque trimestre supplémentaire.
 
 

depart-a-la-retraite-et-logement-1332411294
 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *