.
.

.

Tout sur le travailleur web 2.0


 
La société Regionsjob a mené une enquête auprès de 1 589 professionnels afin de pouvoir dresser le profil type du « travailleur du web ». Cette étude extrêmement complète présente le salaire touché par ces salariés 2.0, leur parcours universitaire et leur profil psychologique. À noter que les métiers du web attirent davantage de femmes puisqu’elles représentent 53 % des salariés du secteur.

 
 

Sa situation professionnelle

 
 
Avant tout, il est intéressant de noter que le travailleur du web est engagé dans des entreprises aux activités extrêmement diversifiées. Il peut s’agir d’une agence de publicité, d’une entreprise de distribution ou d’un casino en ligne.
 
 

883895_2764be9870fe47878fea3a10f3b84b23-1024x681
 
 
Le travailleur du web trouve ses contrats ou son poste grâce aux sites d’offres d’emploi. Il s’agit en effet du canal de recrutement utilisé par 30 % des professionnels en poste. Viennent ensuite le réseau personnel puis la candidature spontanée. Les réseaux sociaux et Pôle Emploi quant à eux figurent en bas du classement avec respectivement 6 et 7 %.
Une fois engagé, 54 % des travailleurs du web signent directement un CDI. En revanche, seuls 9 % pourront profiter d’un CDD. 18 % opteront pour le stage ou l’alternance et 19 % travailleront en freelance. À noter d’ailleurs que le freelance gagne 22 % moins que le salarié. Selon Regionsjob, ce dernier gagne 29 100 euros par an en moyenne contre 22 700 euros pour le freelance.
 
 
 

Tout sur son profil

 
 
Le travailleur du web est extrêmement instruit puisqu’il possède au minimum une licence. 47 % des professionnels du web suivent d’ailleurs régulièrement des formations pour rester compétitifs. Enfin, il est à noter que le travailleur du web change souvent de poste et qu’il préfère les petites structures.
 
 

bureau-ergonomique
 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *