.
.

.

Comment effectuer une catégorisation de PME selon le droit des affaires à Cannes ?


Généralement, il est possible de définir une Petite et Moyenne Entreprise suivant divers critères, dont la taille, qui est fonction des effectifs du personnel, ainsi que le résultat de l’état financier ou le chiffre d’affaires, qui ne doit pas excéder un certain seuil. Toutefois, ces restrictions sont différentes d’un pays à un autre. De ce fait, dans  la procédure de catégorisation, une PME qui veut s’implanter à Cannes doit connaitre les différents critères qui permettent de classer les PME du point de vue du droit des affaires cannois.

Critères de classification des PME selon le droit des affaires

pmeEn droit des affaires à Cannes, l’un des critères dominants qui permet de définir une PME est l’effectif au sein de l’entreprise. Grâce à ce dernier, il sera plus facile de regrouper 2 ou 3 catégories d’entreprises qui vont par la suite, être utilisées comme base pour la mise en exécution de quelques règles. Pour la France et notamment à Cannes, ces familles groupées à partir du nombre d’employés, sont de 3 types. Ainsi, il existe les entreprises qualifiées de très petites et celles qui sont moyennes et petites. Mis à part les critères de nombre pouvant définir une PME, il faut aussi voir les objectifs de l’entreprise. Ainsi, quel que soit le type de PME, les objectifs à atteindre sont souvent formulés par les dirigeants. En général, ils essaient de combiner plusieurs buts principaux dans sa réalisation. En ce sens, il s’agira d’une définition en rapport avec la croissance de l’entreprise et pouvant mettre en avant, son autonomie et son indépendance dans la pratique d’une activité, qui se doit d’être rentable et pérenne. La formulation de l’objectif permet ainsi de définir deux types d’entrepreneur investissant dans une PME à Cannes :

  • Il y a d’une part le PIC ou Pérennité, Indépendance, Croissance. Il fait usage uniquement des ressources familiales, car il veut à tout prix s’éloigner de toutes sortes d’endettement. Ce dernier compte donc sur la croissance, la pérennisation et l’indépendance du métier
  • D’autre part, il y a le CAP ou Croissance, Autonomie, Pérennité. Cet autre profil d’entrepreneur se caractérise par la recherche de la puissance. Il opte généralement pour une diversification et une extension de ses activités, et ce, souvent aux dépens d’un financement extérieur.

Les catégories de PME

Un des aspects qualitatifs de catégorisation des PME est le genre de propriété. Son rôle est tout aussi important dans une entreprise de petite structure avec une totale autorité du dirigeant. Parmi les types de propriété les plus connus, il y a :

  • la propriété à l’oligarchie avec très peu de personnes pour diriger. Elle peut être à caractère familial ou non
  • la propriété concentrée sur un seul dirigeant, et qui peut également être à caractère familial
  • la propriété monocratique caractérisée par la possession de l’entreprise par un seul actionnaire

Il est également possible de classer une PME de 5 formes diverses selon le droit des affaires Cannes, entre autres, il y a :

  • la structure simple qui présente une hiérarchie restreinte concentrée sur le seul dirigeant, un niveau hiérarchique très succinct ainsi qu’une technostructure qui se confond le plus souvent avec le rang hiérarchique et l’inexistence d’une base logistique. Ce type d’entreprise fonctionne avec une supervision directe et une concentration au sommet du dirigeant
  • la structure mécaniste qui est particulièrement remarquée chez les entreprises très mécaniques, avec un procédé de fabrication stable, suivant la tradition. Elle découle de la structure précédente, mais avec une technostructure basée sur le suivi de certaines procédures. Dans ce type de structure, il est possible d’associer au même niveau, le pôle dédié à la technique et le niveau hiérarchique
  • la structure d’expertise professionnelle qui est déterminée par la qualification très avancée de ses membres. Il est possible de rencontrer ce cas au sein des cabinets d’expertise ou encore des agences de communication publicitaire. Cette structure est totalement différente des deux premières. Il y a en effet, un pic stratégique bien défini, une hiérarchie délimitée avec un faible niveau de technostructure. Dans ce genre de structure, le pouvoir et détenu par tous les membres
  • la structure par chantier, plus présent dans les entreprises d’ingénierie. Dans ce type de PME, il existe une ligne hiérarchique renforcée avec l’addition d’un rang, un niveau élevé de technostructure, une centralisation de la base logistique et un pic hiérarchique à la fois technique et commercial. Il est possible de coordonner les travaux par chantiers grâce à la décentralisation. Le pic hiérarchique y joue un rôle prépondérant dans la mise en place d’une stratégie
  • la structure par projet est adoptée par les entreprises innovatrices comme les cabinets de conseils ou encore les entreprises avec des pratiques classiques. Le niveau de déroulement par projet peut changer, car, soit l’entreprise pratique une activité par projet, soit elle n’est fonctionnelle par projet que pour une durée déterminée.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *